Tambours japonais (taiko)


Comme la plupart des cultures antiques, les tambours étaient les premiers instruments à se développer au Japon et ont été probablement employés comme forme de communication dans les villages antiques. La première apparition des tambours peut être vue dans un chiffre d'argile de haniwa d'un batteur remontant à la période de Jomon environ 7.000 av JC. Puis beaucoup plus tard pendant les sixième et septième siècles, on  croit que les tambours ont été apportés au Japon du continent asiatique avec l'introduction du bouddhisme. Le battement d'un tambour ou d'un taiko simple est devenu ritualizé dans les temples bouddhistes et les tombeaux Shinto. En même temps, le taiko est devenu un instrument populaire joué dans une cour d'audience ( gagaku).

Pendant les guerres civiles du quinzième siècle, les taiko ont été employés comme moyen de communication à travers les grands champs de bataille signalant une avance ou une retraite de façon manière à intimider l'ennemi. Les rouleaux d'image et les écrans peints  dépeignent le taiko porté sur le dos d'un soldat simple tandis que deux autres soldats battent le taiko de tous les côtés.

Au cours des années, les japonais développèrent divers types de taiko. Le shime-daiko est un tambour découpé dans une seule pièce de bois et tendu par une corde  qui est employé pour jouer de la musique japonaise classique. Une version légère de ce tambour est employée comme accompagnement au noh et le kabuki ; une version plus lourde est employé pour jouer de la musique folklorique traditionnelle.

Le type de tambourinage japonais qui est devenu populaire autour du monde aujourd'hui est renommé à Daihachi Oguchi qui a développé le modèle de kumi-daiko dans les années 50. À la différence du tambourinage japonais traditionnel qui s'est fondé sur l'utilisation d'un tambour simple, le modèle de kumi-daiko est essentiellement un ensemble de différents types de tambours comprenant le shime-daiko, le nagado-daiko  et le célèbre odaiko qui est le plus grand tambour japonais de plusieurs pieds de diamètre. Pour la plupart, les tambours japonais sont joués avec le bachi ou le pilon qui sont faits à partir d'une variété de bois et de bambou. Le bachi utilisé pour jouer l'odaiko est d' environ 2 cm de diamètre et une paire de pieds dans la longueur. On estime qu'il y a plus de 4.000 groupes de kumi-daiko dans l'ensemble du Japon aujourd'hui et il y a beaucoup d'autres situés dans les pays du monde entier.

Le taiko continue à être l'instrument central utilisé dans Shinto et les rituels bouddhistes car il a été pendant des siècles comme un accompagnement important de la musique jouée dans des jeux de théâtre et de kabuki de noh. Il est également extrêmement populaire dans les nombreux festivals et célébrations folkloriques qui se produisent au Japon tout au long de l'année.

Credits :
Photos 1 :being-a-broad.org
Photos 2 et 3: cnngo.com



©2013 - 2017 www.karando.com cms4.0.