Les funérailles Japonaises

Nous trouvons également des coutumes profondément enracinées dans les enterrements traditionnels japonais.

Au Japon, on pense que l'homme va  partir pour un voyage vers l'au-delà après la mort.
Selon les régions et les doctrines religieuses, il y a quelques différences, mais quand un homme meurt, nous l'habillons d'une robe longue blanche et une paire de tabi blanc (sandales).

Puis, nous préparons un sac dans lequel nous avons mis de l'argent de sorte que les défunts puissent sans risque traverser le fleuve de la mort ou « Sanzu-no-kawa », censé être situé entre ce monde et l'autre monde.

Nous mettons le sac sur l'épaule des défunts, dans sa main un chapelet appelé "Juzu" et puis on l'étend dans un cercueil.

Il a l'aspect d'un voyageur antique.

Juzu est une corde de 108 boules d'environ 1 centimètre et dit que le Bouddha l'a fait à partir des écrous comme un outil pour expliquer les enseignements du bouddhisme afin de soulager les personnes de leur vie affligeante. Par la prière avec Juzu, selon Bouddha, nous pouvons renoncer à des désirs mondains et devenir vertueux.

En outre, nous avons une coutume celle d' humidifier les lèvres de la personne morte avec une  brosse neuve pour souhaiter à celle-ci un bon retour à la vie et ne pas se sentir sale dans l'autre monde.

Le cercueil est tourné la tête vers le nord, ce qui est une réminiscence du maintien et de l'aspect de Bouddha quand Bouddha a renoncé à des désirs mondains. Par conséquent, dans notre vie quotidienne, on considère comme un mauvais présage d’orienter notre tête vers le nord quand nous dormons parce que cet aspect suggère la mort.

Avant l'enterrement, nous avons une cérémonie appelée "Otsuya". À l'origine, chez Otsuya, seulement les parents et les amis proches se réunissent pour consoler le décédé, peu disposé à partir, en plaçant une lumière et un encens qui brûlent toute la journée.

Récemment, ceux qui ne peuvent pas assister à un enterrement sont aussi bien acceptés chez Otsuya. La fonction de l'encens brûlant appelée "Sho-ko" existe dans chaque enterrement bouddhiste indépendamment de la religion.

Tant à l'enterrement qu'à l'otsuya, les participants offrent un encens pour le repos d'une âme partie et pour se purifier tandis qu'un prêtre récite un psaume.

Tout d'abord, les participants prennent l'encens en poudre avec leurs doigts, le soulève à la hauteur de leurs yeux, les ferment et prient.

Deuxièmement, ils laissent tomber l'encens en poudre dans le brûleur d'encens. Cette série d'action sera faite deux fois. Quand l'enterrement finit, le corbillard partira.

Avant cela, la plus proche famille peut voir le défunt avant la fermeture définitive du cercueil.

Ce moyen permet de souhaiter aux défunts un voyage sûr à travers le fleuve "Sanzu-no-kawa" et d'arriver dans l'autre monde en sécurité. Les autres personnes qui assistent à l'enterrement joignent leurs mains dans la prière et voient le défunt partir avec le corbillard.

Au Japon le défunt est incinéré. La famille des défunts, les parents et les connaissances proches brûlent l'encens et joignent leurs mains dans la prière après récitation de psaumes et l'offrande de l'encens par un prêtre. Après incinération, les cendres funèbres sont placées dans une urne et enterrées dans un cimetière.



©2013 - 2017 www.karando.com cms4.0.